L'actualité des Médias

Loading...

Contactez-nous!

Par téléphone au 01.56.22.56.83 ou par mail en Cliquant Ici!

lundi 2 mars 2015

Xavier Couture conseiller pour Orange donne le mode d'emploi au CSA...et en filigrane, la personne idoine pour remplacer Pflimlin

Alors que le rapport en forme de feuille  de route confié à Marc Schwartz par le Gouvernement sur l'après Pflimlin de 2015 à 2020 devrait être rendu le 4 mars prochain, Xaviet Couture le conseiller de Stéphane Richard pédégé de Orange tire à boulet rouge sur l'audiovisuel public qui, selon le quatuor, "n’a pas su  s’adapter au changement de paradigme que constitue l’intrusion du numérique dans les modes de consommation d’œuvres audiovisuelles."

Dans cet autre rapport diffusé au nom de l'Institut Montaigne intitulé "Rallumer la télévision - 10 propositions pour faire rayonner l'audiovisuel français",

Xavier Couture conseiller du pédégé d'Orange ,
Thierry Jadot de Dentsu Aegis Network,
Michel Rasle avocat et
Nathalie Rastoin directrice générale d'Ogilvy,

les quatre coauteurs, font leur diagnostic et indiquent "comment" le système audiovisuel français devrait se réinventer autour de 10 points.

L'omniscient et omniprésent Xavier Couture, avec les plateaux télé où il est en permanence invité pour donner son avis...avec l'écriture de tels "pavés" et le "coaching" de candidat(s), il ne doit pas le voir trop souvent Stéphane Richard à Orange !!!!!

Il y a fort à parier que dans quelques jours, l'une des candidatures fasse sienne ces "propositions" et "préconisations"...une personne qu'il connait bien et qu'il pourrait présenter et promouvoir comme le seul choix possible pour prendre la tête de France Télévisions!

Ben voyons...la ficelle n'est-elle pas un peu grosse ?!  

Pour Xavier Couture, le CSA n'aurait d'autre choix que d'élire la personne qui suivra parfaitement ce mode d'emploi....enfin l'espère celui qui est à la manœuvre.

Le blog CGC Média n'a pas fini de vous en parler....


dimanche 1 mars 2015

Delphine Ernotte verrait plus loin que la boîte à Couture !


Delphine Ernotte verrait plus loin que la boîte à Couture !

Ces derniers jours, le nom de Delphine Ernotte-Cunci numéro deux de « Orange » se propage à la vitesse du téléphone…Ce serait, elle qui tiendrait la corde pour  France Télévisions…Beaucoup disent même que c’est fait !!!!!

Delphine Ernotte-Cunci, féministe assumée, qui répondait à la question du journal « Terrafémina »: « Selon vous existe-t-il un management au féminin ? » : «  Non, je ne pense pas, à la fois par expérience et par conviction féministe…Nous faisons trop souvent du genre un élément de distinction essentiel. Pourquoi devrions-nous, dans le milieu professionnel, être d’abord considérées pour notre statut de femmes avant celui de manager ?...», rejoindrait donc la liste de ces femmes patronnes de l’audiovisuel public :

Marie-Christine Saragosse nommé à la tête de FMM (France Média Monde) par François Hollande.

Frédérique Bredin, ex député socialiste issue de la promotion Voltaire de l'ENA(1980) François Hollande qui la nomme en juillet 2013 à la tête du CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée).
Véronique Cayla ex présidente du CNC nommée à la tête d’Arte, fin 2010, par Nicolas Sarkozy.
Agnès Saal, nommée par ce Gouvernement en conseil des ministres, en avril 2014, à la tête de l'INA (l'Institut National de l'Audiovisuel succédant à Mathieu Gallet élu à la présidence de Radio France, seul homme à la tête de la Radio publique avec Pflimlin qui lui va laisser sa place dans quelques semaines tout au plus à France Télévisions.
Quatre pour un (et probablement donc sans aucune misogynie - il s'agit là d'un constat - demain cinq pour un)…

Les deux chambres n’avaient-elles pas montré pourtant l’exemple s’agissant de la désignation des deux nouveaux membres du CSA, en respectant une parfaite parité, avec pour le président de l’Assemblée Nationale, la nomination de Nathalie Sonnac et pour le président du Sénat, le choix de Nicolas Curien ?! 


Delphine Ernotte-Cunci serait donc en campagne ET PAS TOUTE SEULE semble-t-il….à moins que son patron ou elle même ne démentent !

Il est du reste assez PROBLÉMATIQUE pour "Orange" que pas une, ni deux mais trois des dirigeants ou issu du groupe soient donnés comme de potentiels successeurs de Pflimlin à France Télé.

Comme le révélait le blog CGC Média dans un très récent article « La nouvelle « Révolution Orange » en marche ? A quand « France Télécomvisions » ? », reprenant  « La Lettre de l’Audiovisuel » n°5916 de ce vendredi 27 février qui écrivait écrit « Selon nos informations, trois personnalités issues du groupe Orange s’apprêteraient à candidater à la présidence de France Télévisions auprès du CSA. » : Il s’agit de deux femmes. Delphine Ernotte-Cunci ainsi que Patricia Langrand et d'un homme Pierre Louette.

Le blog CGC Média ajoutait « Personne n’imaginerait une seule seconde que si Delphine Ernotte-Cunci candidate officiellement pour la présidence de France Télé, elle le fasse sans que son patron Stéphane Richard mais également Xavier Couture lecommuniquant, ne soient au courant et l’appuient !!!!


Certains disent que celle qui n'a aucune expérience en matière de télé...celle que Stéphane Richard le pédégé d’Orange nommait, le 1er novembre 2011, directrice générale adjointe du Groupe, s’y verrait déjà avec la bénédiction du numéro 1 !!!!

A moins que Stéphane Richard ait peut-être encore en mémoire l’e-mail interne (que la Presse avait relayé) adressé par la directrice d'Orange France, Delphine Ernotte, quelques jours après la mise en examen du PDG à l’ensemble des collaborateurs qui avait jeté un froid: "Nous nous engageons à conduire nos activités dans un environnement sain et intègre et à adopter à ce titre une politique "zéro tolérance" vis-à-vis de la corruption dans toutes nos activités", écrivait-elle. 

"Cette sortie de Delphine Ernotte " écrivaient « l’Expansion » ou encore « l’Express » : " n'a laissé personne indifférent ".

Selon les deux média, « certains l’auraient  vu comme une maladresse » quand d’autres y avaient vu « une volonté affichée d'être calife à la place du calife ».

Les titres de Presse d’ajouter encore "Depuis, recadrée par la garde rapprochée de Richard, la centralienne fait profil bas." et encore "Dans ce climat délétère, le ministère de l'Economie, qui s'était engagé à donner au PDG une indication sur sa reconduction dès ce mois-ci, préfère désormais temporiser. Sentant le danger poindre, des salariés ont appelé "spontanément" à épauler leur patron.  Nom de code : "Soutenez mon chef !" Discrètement, un site Internet a été ouvert à la fin de novembre par Malika Menner, directrice des relations externes du groupe. Pour l'heure, il n'a recueilli que 350 signatures….." 

Niveau "climat délétère", à France Télé ça va, il y a déjà !!!!

En revanche avec de telles perspectives, pas sûr que le climat à "Orange" gagne en sérénité…à moins que !!!! 

Il ne manquerait plus que la numéro 2 du groupe soit épaulée dans sa démarche par un des lieutenants du pédégé, un ex conseiller à l’Élysée et un patron d’une chaine de la TNT avec l'appui d'un de ses financiers….pour que le climat catastrophique à France Télé, ait peu de chance de s’éclaircir.

vendredi 27 février 2015

Didier Lombard l’ex parton d’Orange vs Stéphane Richard l’actuel !?…Le premier a visiblement fait son choix pour France Télé. (mis à jour 27/02 à 20h)

Didier Lombard l’ex parton d’Orange vs Stéphane Richard l’actuel !?…Le premier a visiblement fait son choix pour France Télé !


En janvier 2015, Libération écrivait « L’enquête sur la vague de suicides à France Télécom (devenu Orange) est close. Ce qui ne signifie pas la fin des ennuis pour l’ex-patron Didier Lombard, mis en examen pour harcèlement moral, qui peut désormais être renvoyé en correctionnelle. L’ancien boss, qui a quitté son poste en 2010, s’était rendu célèbre en demandant de mettre «un point d’arrêt à cette mode du suicide….».


Alors que le nom de trois candidats potentiels à la succession de Pflimlin, tous trois issus « d’Orange » [Delphine Ernotte-Cunci, Patricia Langrand et Pierre Louette] est sur toutes les lèvres aujourd’hui - voir le dernier article du blog CGC Média intitulé "La nouvelle « Révolution Orange » en marche ? A quand « France Télécomvisions »?" - beaucoup se demandent à quoi joue Didier Lombard ?!
Depuis quelques jours des tweets hallucinants émanent de son compte tweeter. (¤)

Un des derniers en date (ci-après) indique clairement que "Sur la présidence de France Télé, tout mon soutien à Patricia Langrand qui a géré de façon exemplaire les contenus d'Orange "

 


Delphine Ernotte-Cunci dont nom buzze depuis ce matin pour la présidence de France Télé et qui travaille de concert avec Stéphane Richard l'actuel PDG d'Orange mais aussi Xavier Couture le communiquant du groupe, n'aurait donc pas les faveurs de Didier Lombard.

Quelle mouche a piqué Didier Lombard qui n'est heureusement pas membre du CSA et surtout de combien d'autres tweets de ce genre, retweetés par la suite (¤), vont abreuver le réseau ? 

(¤) Selon nos informations le compte tweeter de Didier Lombard pourrait avoir été "piraté"....L'interréssé aura sûrement l'occasion de s'expliquer.

Si tel est le cas, la question est "A qui profite le crime" ? 


Quand à l'un de ceux qui les a retweetés, le blog CGC Média s'est souvenu avoir déjà commis plusieurs articles concernant la société "conseils" que Philippe Bailly fondait en juillet 2001: "NPA Conseil" qui travaille régulièrement pour France Télévisions (comme le montre le document interne ci-dessous à l'origine de la plainte instruite en ce moment même par Renaud Van Ruymbeke).

Parmi les articles du blog CGC Média, notamment celui intitulé "Les Inrocks" confirment les articles de la CGC Média: Le cabinet NPA Conseil à l'origine de 2 tribunes pour Pflimlin!"


L'une de ces 2 tribunes, la direction de la communication de FTV et le cabinet NPA Conseil en avaient eu l’idée...il s'agissait de la faire signer à des producteurs “amis” (notamment Dominique Ambiel ou Laurence Bachman) pour sauver le soldat Pflimlin.

Rappelez-vous.

Voila ce qu'écrivaient "Les inrocks": "Rémy Pflimlin, homme de consensus, qui a décidé de répliquer [aux multiples critiques, ndlr] dans Le Monde du 11 octobre [2011] en publiant une tribune intituléeAssez des critiques contre France Télévisions ! 

Mais le sort s’acharnant contre lui : dans ce billet, il a fait une grossière erreur en se félicitant du succès de l’émission de Franz-Olivier Giesbert (2012, les grandes questions sur France 5) qui n’était pas encore à l’antenne

A ce Philippe Bailly fondateur du cabinet "NPA Conseil"...que ne ferait-il pas pour  Pflimlin et ces producteurs "amis" !!!!!!

La nouvelle « Révolution Orange » en marche ? A quand « France Télécomvisions » ?


La nouvelle « Révolution Orange » en marche ? A quand « France Télécomvisions » ? 

« La Lettre de l’Audiovisuel » n°5916 de ce vendredi 27 février écrit « Selon nos informations, trois personnalités issues du groupe Orange s’apprêteraient à candidater à la présidence de France Télévisions auprès du CSA. » (Voir l’article en fin de post)

Il s’agit de deux femmes:
Delphine Ernotte-Cunci,

Patricia Langrand
et d'un homme 

Pierre Louette.

Le titre de Presse indique « On ignore encore si elles révéleront publiquement leur décision, à l'instar d'Alexandre Michelin ».

Le 28 novembre 2014 dans un papier signé Jamal Henni de BFM Business et intitulé « France Télévisions: les prétendants se multiplient », le nom de Delphine Ernotte avait été évoqué en fin de liste dans ces ordre… « Patricia Langrand (Steria), Xavier Couture (Orange), Delphine Ernotte (Orange)… »

Xavier Couture invité régulier des sur la plateaux télé des chaines d’infos en continu pour ses « conseils », conseille aussi Stéphane Richard le PDG de France Télécom, ex-directeur général de l'antenne de TF1 (1994-2002) et ex-PDG de Canal+ (2002-2003) qui avait quitté en février 2012 la direction des contenus d'Orange pour prendre la direction de la communication de France Télécom-Orange dans l'Hexagone en succédant ainsi  à l'ex-ministre de la Communication Christine Albanel (en place depuis avril 2010), connaît bien Delphine Ernotte 

C’est Stéphane Richard qui lui confie le 1er mars 2011, à la suite de sa nomination au poste de directrice exécutive adjointe d’Orange France, l’entière direction opérationnelle d’Orange France mais aussi depuis le novembre 2011, le poste de directrice générale adjointe du groupe.

Personne n’imaginerait une seule seconde que si Delphine Ernotte-Cunci candidate officiellement pour la présidence de France Télé, elle le fasse sans que son patron Stéphane Richard mais également Xavier Couture le communiquant, ne soient au courant et l’appuient !!!!
La « Révolution Orange », si cette candidature devait se confirmer comme celles de Patricia Langrand et/ou Pierre Louette, serait-elle en marche ???

Autrement dit, la télé publique pourrait-elle devenir partie intégrante de la téléphonie « Orange » plus trop publique ?????

Découvrez l'article:

"Selon nos informations, trois personnalités issues du groupe Orange s’apprêteraient à candidater à la présidence de France Télévisions auprès du CSA. 

Il s'agit d'une part de Delphine Ernotte-Cunci, 48ans, diplômée de l’École Centrale Paris, qui a accompli toute sa carrière chez Orange, d'abord en tant qu'analyste financière puis comme ingénieure économiste au sein de la division recherche et développement. Elle a travaillé dans la distribution en tant que directrice des boutiques de Paris et directrice générale de la filiale SDR entre 2000 et 2004, année qui voit sa nomination au poste de directrice régionale Centre-Val de Loire. En juillet 2006, Delphine Ernotte-Cunci prend la direction de la communication commerciale et du sponsoring pour la France. Deux ans plus tard, elle devient directrice commerciale pour la France et assure, à partir de juillet 2009, le rôle de directrice grand public France. À la suite de sa nomination au poste de directrice exécutive adjointe d’Orange France, Stéphane Richard lui confie le 1er mars 2011 l’entière direction opérationnelle d’Orange France. Depuis novembre 2011, elle est directrice générale adjointe du groupe.

La deuxième personnalité est Patricia Langrand, vice-présidente exécutive chargée du “business development” et dumarketing chez Steria depuis 2011. De formation ingénieur des télécommunications, elle a longtemps collaboré à Orange avec une parenthèse durant la seconde moitié des années 1990 au ministère de l'Industrie puis chez Canal+, où elle imprima sa marque sur la nouvelle génération de décodeurs. Rappelée en 2003 chez Orange comme directrice de cabinet deThierry Breton, qui est resté l'un de ses proches, elle se retrouve sous le feu des projecteurs de 2004 à 2008, période de son action à la tête d'une division contenus aussi florissante qu'innovante (télévision par l'ADSL, catch-upTV sur tous les écrans, partenariat avec Warner pour le lancement d'OCS). En 2010, son nom avait déjà été avancé pour la présidence de France Télévisions.

Le dernier est Pierre Louette, 52 ans, actuellement directeur exécutif secrétariat général et opérateurs France chez Orange. Il a été PDG de l'AFP de décembre à avril 2010. D'aucuns laissent entendre que son profil politique (il a été membre du cabinet d'Edouard Balladur Premier ministre de 1993-1995) l’empêchera de figurer dans la short list des Sages du CSA.

A.P."





jeudi 26 février 2015

Un "IMPROBABLE" Pflimlin trônant encore pour quelques jours dans son fauteuil de président sortant, illustre l'enquête du Magazine Capital sur la suite à France Télé

Dans son n° 282 de mars 2015, "Capital" publie une dossier sur le remplaçant de Pflimlin "Tout le monde veut prendre sa place...(on se demande pourquoi)".

Le magazine sur un "IMPROBABLE" Pflimlin trônant encore pour quelques jours dans son fauteuil de président sortant, publie un long article avec en bandeau les candidatures "IMPROBABLE", "CRÉDIBLE" et "HORS JEU" dont le blog CGC Média vous offre un large aperçu.

Une remarque s'impose en préambule, c'est que entre la moment où l'enquête est lancée...où elle se déroule...où sont interrogés les un(e)s et les autres....où moment de la conception....à la mise en page et au bouclage certains noms sont déjà obsolètes. [C'est bien logique]


A titre d'exemple, l'Expansion du 23/02 nous apprend que Denis OLIVENNES certes "IMPROBABLE" pourrait tout de même y aller (Tactiquement?) ....alors même que le 29 septembre 2014 dans une interview donnée au « Buzz Média Orange-Le Figaro » le président du directoire de Lagardère Active, à la question du journaliste « Êtes-vous tenté par le job de président de France Télévisions? » répondait clairement et fermement NON : « Je suis très bien là où je suis. Je suis à la tête d'une belle entreprise, avec des gens passionnants, un patron, Arnaud Lagardère, avec lequel je m'entends parfaitement. Pourquoi voulez-vous que j'aille chez France Télévisions? La réponse est non.»

Olivennes ne peut évidemment pas dire  « Je suis très bien là où je suis" et y aller tout de même....il ne serait pas crédible. Non

Autre exemple, l'Expansion du 23/02 nous apprend que "MARIE-CHRISTINE SARAGOSSE" donnée "CRÉDIBLE" par Capital n'est plus dans la course "MARIE-CHRISTINE SARAGOSSE, PDG de France Médias Monde, confie en privé qu’elle ne compte plus déposer de dossier de candidature, pourtant déjà finalisé, pour la présidence de France Télévisions. Elle estime qu’elle n’a pas reçu de soutiens du CSA, car celui-ci veut éviter de lancer une nouvelle procédure de désignation cette année pour lui trouver un successeur à la tête de France Médias Monde."





Pour l’article dans son intégralité...il est en vente dans tous les points Presse)

Autre exemple encore, Rodolphe BELMER, directeur général du groupe Canal+, lui aussi donné "CRÉDIBLE" par Capital qui a annoncé la semaine dernière sur Twitter qu’il n’était pas candidat à la présidence de France Télévisions.



 


A suivre donc....

Marie-Christine Saragosse ne sera pas candidate pour remplace Rémy Pfilmlin

"La Lettre de L'expansion" n° 2217 du 23 février 2015, indique que MARIE-CHRISTINE SARAGOSSE,
officiellement nommée à la tête de l'Audiovisuel extérieur de la France (AEF à l'époque FMM aujourd'hui) par François Hollande selon un décret présidentiel en date du 5 octobre 2012 paru dimanche 7 octobre au Journal Officiel., ne sera pas candidate pour remplacer Pflimlin.

Voila ce qu'écrit le titre de Presse

"MARIE-CHRISTINE SARAGOSSE, PDG de France Médias Monde, confie en privé qu’elle ne compte plus déposer de dossier de candidature, pourtant déjà finalisé, pour la présidence de France Télévisions. Elle estime qu’elle n’a pas reçu de soutiens du CSA, car celui-ci veut éviter de lancer une nouvelle procédure de désignation cette année pour lui trouver un successeur à la tête de France Médias Monde."

Patino donc Pflimlin et le "camouflet" au Président de la République François Hollande


C'est la débandade à France Télé...avant de partir pour Liverpool où il est allé suivre au frais des contribuables, une conférence de la BBC (le blog CGC Média prépare un article) sur "La réinvention de la télé et le changement de comportement dans un paysage en constante évolution"...[prendre des cours de management après quasiment 5 ans passés à la tête d'une entreprise de près de 3 milliards de budget annuel !!!!], Patino a eu le temps de se rendre sur LCI pour y répondre aux questions de Christophe Beaugrand. (il est partout le multi-casquettes directeur de l'école de journalisme de Sciences Po!!!!!)

Il faut dire, ces derniers temps, que Patino écume les plateaux Télé et Radio pour dire combien son "action" aurait été déterminante, se faisant mousser comme de coutume sur le "Numérique" dont il serait même le "secret" inventeur ! (chut, ne le dites à personne)
 
Là, visiblement ses propos prononcés donc sous l'autorité de Pflimlin n'ont pas été appréciés du tout  mais alors pas du tout.

Dans communiqué intitulé "France. France Ô: Bruno Patino s'oppose au Président de la République." (ci-après) en date du 25/02/15, "Patrick Karam, président du Conseil Représentatif des Français d'Outre-Mer (Crefom) s'est étonné des récents propos de Bruno Patino, directeur général-adjoint en charge des programmes à France Télévisions, à propos de France Ô."

Interrogé par Christophe Beaugrand sur la chaîne LCI le 19 février 2015, dans le cadre de l'émission Médiasphère , M. Patino a notamment déclaré :« [France Ô] est une chaîne dont l'origine était ultramarine (...) mais qui aujourd'hui met l'accent sur la pluralité des cultures, sur l'ouverture sur le monde, y compris sur les cultures urbaines .»

Lors du dîner du Crefom, le 21 novembre 2014, le président de la République avait pourtant été très clair à ce sujet: " Le constat est qu'il y a 15 à 20% des programmes qui sont véritablement ultramarins. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel s'en est ému et je pense que, sans coût supplémentaire, nous devons faire en sorte que France Ô redevienne véritablement une chaîne ultramarine."

Le président de la République, au nom de l'actionnaire unique de France Télévisions, qui est l'État, a exprimé le vœu que France Ô retrouve la vocation qui lui a été assignée lors de son lancement en 2005.

De toute évidence, M. Patino, parfaitement informé de la volonté du Président de la République, décide de lui infliger un camouflet public et humiliant en affichant son intention, à propos de France Ô, de maintenir une ligne éditoriale que le CSA considère à juste titre comme illisible et qui place cette chaîne à la dernière place de la TNT, selon les mesures d'audience. 

Une ligne qui met en péril l'existence même de France Ô, menacée de disparaître faute de téléspectateurs. Il est absolument inacceptable qu'un dirigeant de France Télévisions, à la veille du renouvellement de la présidence de son groupe, puisse parler de la vocation ultramarine de France Ô au passé, alors que le retour à cette ligne ultramarine est une priorité pour l'Outre-mer, inscrite dans les promesses de campagne de François Hollande. Il est tout aussi inacceptable qu'un dirigeant de France Télévisions puisse sous-entendre que les outremers ne seraient pas ouverts au monde et ne seraient par l'expression même de la pluralité des cultures.

Le Crefom tient à dénoncer l'attitude de M. Patino, irrespectueuse de l’État actionnaire, provocatrice à l'endroit du Président de la République et irresponsable envers les ultramarins. Elle dénote en outre une méconnaissance totale des outremers. A l'occasion des prochaines auditions des candidats retenus pour le poste de président de France Télévisions, le Crefom, qui a obtenu du CSA, et son président Olivier Schrameck, l'engagement d'interroger les postulants sur la place des outre-mer sur toutes les chaînes de la télévision publique et en particulier de France Ô, veillera à l'aspect ultramarin des différents projets.

Le Crefom saisira le Président de République dans les plus brefs délais. Il demandera aux parlementaires d'alerter le CSA et aux ministres concernés de défendre l'identité de France Ô.

Le président du Crefom, Patrick Karam"

mercredi 25 février 2015

PRÉAVIS DE GRÈVE DU 19 FÉVRIER SUSPENDU: LA DIRECTION ARRÊTE TOUT … ET REPART A ZÉRO…AVEC LES SALARIÉS.

Le pourquoi des choses:
PRÉAVIS DE GRÈVE DU 19 FÉVRIER SUSPENDU:

LA DIRECTION ARRÊTE TOUT

ET REPART A ZÉRO…AVEC LES SALARIÉS.



« Très bonne et courageuse décision, sinon c'était l'enlisement… un suicide collectif assuré…J'ai été très inquiet de voir les relations entre certains représentants syndicaux et la direction lors des réunions d'information par service…il y a un tel passif, dû probablement aux interminables négos, aux 60 et quelques procédures et autres entourloupes, que beaucoup s’interrogent sur ceux qui les représentent…c'est terrible, ils sont en train d'emmener tout le monde dans le mur….Il va falloir absolument retrouver un dialogue sain et constructif…Peut-être de son côté la direction devrait trouver quelqu'un d'expérience pour faire un état des lieux objectif et mettre de l'huile dans les rouages afin de trouver des solutions efficaces pour nous (et l'entreprise)….», voici quelques uns des mails concernant les mouvements de grève de ces derniers jours envoyés par nombre de  collègues concernés  qui correspondent exactement à ce qu’ils pensent.


La direction contre toute attente, a proposé un texte où elle « s’engage à ne mettre en œuvre aucune des nouvelles organisations de travail prévues tant que des réunions d’information et de travail préalables n’auront pas été organisées avec les collaborateurs concernés. »ce que nous demandions et qui correspondaient à nos revendications. (*)

Certains aujourd’hui, tentent d'expliquer que ce ne serait qu’un gel et pas un arrêt définitif ! A ceux-là nous disons, « mieux vaut tenir que courir au risque de s’essouffler »…Le jusqu’au-boutisme, le refus de dialoguer pour certains, étaient-ils la solution ? Nous pensons évidemment que non.

Une réunion d’une vingtaine de personnes dans une salle dédiée, un dimanche après-midi, qui décide et organise des préavis pour les deux semaines qui suivent, au nom des centaines de collaborateurs concernés, peut-elle engager la responsabilité de l’ensemble?  Nous ne le pensons pas…

Enfin, nous pensons que même si la direction a pourtant bien mérité ce foutoir et en est la principale responsable, il convient vu le contexte, de reprendre les choses à zéro, de se mettre à table pour rouvrir le dialogue ce que cette sortie de grève devrait permettre… en tout cas c’est le but.

Que la direction ne s’y trompe pas, si elle essaie de passer en force, contre les salariés, les préavis recommencerons.  

Les motivations de notre syndicat qui parle à l’unisson, sont en premier lieu : la défense de la production interne et le retour des salariés au cœur de l’entreprise.

PS: Si la direction ne respectait pas les termes du texte (ci-après) sur lequel elle s'est engagée, il est bien évident que le SNPCA-CGC en tirerait les conséquences et remobiliserait sans problème les salariés.

Paris le 20 février 2015.




(*) PROTOCOLE D’ACCORD CONCERNANT


LES PERSONNELS DES EMPRISES PARISIENNES DE FRANCE TÉLÉVISIONS


La direction a rencontré le SNPCA-CGC le 17 février 2015 dans le cadre du préavis déposé le 13 février 2015 pour une durée de 24 heures le 19 février 2015.


A l’issue de cette rencontre, la direction s’engage à ne mettre en œuvre aucune des nouvelles organisations de travail prévues tant que des réunions d’information et de travail préalables n’auront pas été organisées avec les collaborateurs concernés.


S’agissant de la « Fabrication Siège », ces réunions seront organisées de la manière suivante :


  • Une première réunion avec deux collaborateurs (un de chaque ex-pôle) issus de chaque service ainsi que des représentants de la direction des opérations et de la DRH en charge de la fabrication et des technologies. Elle aura pour objectif une présentation complète et détaillée des mesures d’évolution des dispositifs de fabrication des émissions à la fabrication siège sur la base du document présenté en CHSCT et en CE ;
  • Des réunions de service dont l’objectif sera de détailler et de discuter les déclinaisons de ces dispositions secteur par secteur.


Dans le cadre de ces différentes réunions, un point d’information sera fait aux collaborateurs sur l’état d’avancement des négociations relatives à l’avenant n°4 à l’accord collectif d’entreprise du 28 mai 2013 concernant le temps de travail des activités de fabrication.


Par ailleurs, une réunion spécifique sera organisée avec des professionnels des secteurs « OPS régie », « OPS reportage » et « mixage », des représentants de la direction de l’information, de la direction des opérations, de la DRH du siège et de la DRH en charge de la fabrication et des technologies. L’objectif de cette réunion sera, entre autres, d’aborder avec eux la place qu’elle entend donner à ces métiers ainsi que leur évolution pour les années à venir. Seront également traitées les spécificités de chaque métier comme par exemple la planification des salles de mixage.


Comme elle s’y était engagée, la direction proposera une réunion sur la problématique de la réinternalisation des émissions et des activités fin février / début mars.


Enfin, la direction présentera aux salariés, avant la fin du mois de juin, les hypothèses de plan de charge relatif aux activités des studios et régies du Siège ainsi qu’aux moyens de l’actualité pour la rentrée de septembre 2015.


La signature du présent protocole vaut levée immédiate du préavis de grève.


                                                                                               Paris, le 18 février 2015

mardi 24 février 2015

Pourquoi Fabien Namias reviendrait-il à France Télé qu’il a quitté, il n’y a même pas 3 ans ????


Pourquoi Fabien Namias reviendrait-il à France Télé qu’il a quitté, il n’y a même pas 3 ans ????

Le 3 février dernier, Denis Olivennes, président du directoire de Lagardère Active faisait  savoir dans une interview aux Echos qu'il ne serait pas candidat  pour succéder à Pflimlin à la tête de France Télé : "J'ai la chance de travailler en parfaite harmonie avec Arnaud Lagardère dans un groupe indépendant, efficace et rapide, avec des équipes que j'aime".

Et d’ajouter "être totalement occupé à remplir les objectifs fixés par son actionnaire, à savoir augmenter la rentabilité et la part du numérique dans le chiffre d'affaires de Lagardère Active…Ces défis sont fantastiques. Ils me mobilisent et me motivent à 1.000 %"

Juste une semaine plus tard, Sandrine Bajos pour le Parisien écrivait dans un article intitulé «Europe 1 va lancer sa chaîne de télé » : "Pour son son 60e anniversaire, « Europe 1 va se confronter aux chaînes d'info en continue en lançant « Europe 1 TV »... Mais Denis Olivennes refuse d'en dire plus pour le moment."

Voilà donc le pourquoi des choses !!!

Après que le CSA ait refusé d'accéder à la demande de LCI (comme Paris Première et Planète+) de passer sur la TNT gratuite, Europe 1 via une chaine d’info en continu « Europe 1 TV » entre dans la danse !!!!!

Pourquoi donc dans de telles conditions et face à un tel challenge, Fabien Namias reviendrait-il à France Télé et d’ailleurs avec quel président puisqu’Olivennes n’y va pas ???

Beaucoup se souviennent  encore des mots de Thierry Thuillier (France Télé) à l’époque, en  apprenant le départ de Fabien Namias alors chef du service politique de France 2 qui devenait en juillet 2012 patron de l'information d’Europe 1: "Fabien m'a fait part de son départ car il souhaitait donner un tournant à sa carrière professionnelle. Il a vraisemblablement accepté une offre qui lui était faite depuis longtemps [la direction de l’Info d’Europe 1, ndlr]…Fabien a acquis, au cours de cette campagne [l’élection présidentielle de 2012, ndlr] une notoriété et une assise qu'il nous a d'ailleurs bien rendues. Il en tire aujourd'hui les conséquences. Il n'y a pas eu le moindre rejet politique ou professionnel à son encontre".

Fabien Namias a encore beaucoup à montrer et à faire dans le groupe…

Ne répondait-il pas à la récente question d’un journaliste média « Vous signez votre meilleure saison depuis quatre ans sur les quatre dernières vagues. On imagine que vous êtes personnellement satisfait, vous qui êtes devenu DG de la station [Europe 1 ] en mars 2013 ? » : « C'est une satisfaction collective. Moi tout seul, je suis incapable qu'Europe 1 obtienne des résultats de cette nature. Il y a Denis Olivennes, Bruno Gaston (directeur délégué d'Europe 1, ndlr) et une équipe de 350 personnes qui bosse jour et nuit pour atteindre ces résultats. On a mis la radio sur un axe et on l'y maintient. On renoue avec l'image d'Europe 1 comme radio de qualité, moderne et qui bouscule. Ça, c'est l'ADN d'"Europe". Ça a marché cette saison. Après, pas de triomphalisme. Il ne faut pas se laisser aller. Nos concurrents ont du talent et vont se reprendre. La partie est loin d'être gagnée. La différence, c'est qu'Europe 1 est en bonne santé et ses concurrents sont malades…. ». 

Il a donc encore du pain sur la planche, Fabien Namias à Europe 1 comme il le dit…

Puis chacun sait que loyauté et fidélité sont des éléments essentiels pour Arnaud Lagardère, patron du groupe.

Certes « Le Canard enchaîné » du mercredi 10 décembre faisait état de « velléités » pour l’un et l’autre avec un possible jeu de chaises musicales (*ci-après) mais bon…. !
 



«Europe 1 qui va lancer sa chaîne de télé »voilà qui devrait motiver le fils de Robert Namias actuel président depuis novembre 2014 du directoire mais aussi directeur des rédactions du groupe Nice-Matin.

Quant à la récente proximité de ce dernier avec François Hollande "Pendant la campagne présidentielle de 2012" qu’avait révélée « l’Obs –Rue 89 », en septembre de la même année, dans un chapitre intitulé « Robert Namias et Pierre Lescure en conseillers officieux » ….reprenant l’enquête d’Aurore Gorius et Michaël Moreau « Les Gourous de la com’ » qui écrivaient « …La liste des personnalités présentes au grand média-training ne s’arrête pas là. …plus inattendu, Robert Namias, ancien directeur de l’information de TF1, connu pour sa proximité avec le couple Chirac et père de Fabien Namias, qui dirige alors le service politique de France 2. », ce sont les mauvaises langues qui prétendent qu’elle pourrait avoir une incidence !!!