L'actualité des Médias

Loading...

Contactez-nous!

Par téléphone au 01.56.22.56.83 ou par mail en Cliquant Ici!

jeudi 3 septembre 2015

Sophie Guieysse l"antisociale et despotique DRH de Canal + virée en séance extraoaordianire du CE devant les élus.

Le 29 janvier dernier, le blog CGC Média révélait - preuves à l'appui -  dans un article intitulé "Sophie Guieysse et Sophie Letierce, les deux « Sophie » des ressources humaines de Canal+ vont devoir répondre au Pénal de leurs agissements…" les pratiques de Sophie Guieysse que le PDG de Canal + vient de virer en séance extraordinaire du CE.
Celle qui avait totalement planté les négociations collectives de "l'audiovisuel" non public vient d'être débarquée sans ménagement  comme elle l'a toujours fait subir à des centaines de salariés qu'elle a licenciés.
Antisociale, despotique, cynique, tyrannique, sectaire, hautaine, méprisante....il n'y a vraisemblablement pas assez de qualificatifs pour celle qui avait sans doute imaginé un temps se retrouver à France Télévisions pour remplacer Murielle Charles l'ex DRH également  sortie !
 
Elle n'ira à l'évidence pas....

L'histoire ne dit pas si les trois femmes, Sophie Guieysse, Murielle Charles avec l'accord de Sophie Letierce qui pourrait très vite les rejoindre, pourrait créer un club des ex "DRH" (Destructrices des Repères Humains) 

La CGC Médias dans un Communiqué de Presse envoyé ce matin, s'est réjoui cette éviction:
"La CGC Médias se félicite des annonces faites ce matin par le nouveau Président du Conseil de Surveillance de CANAL+, Vincent Bolloré, en comité de Groupe et CE extraordinaire, qui souhaite travailler dans une atmosphère sociale apaisée, essentielle à la réussite de l’entreprise.
C’est aussi notre ambition, et la CGC Médias sera un partenaire actif pour accompagner ces transformations importantes que va vivre le Groupe CANAL+ dans les prochains mois."

Une plainte pour dénonciation calomnieuse contre Pierre Mouchel le secrétaire CGT du CE France Télé pôle Sud Ouest !

Selon nos informations, une plainte visant les propos calomnieux tenus par Pierre Mouchel le Secrétaire CGT du  Comité d'Établissement Pôle Sud Ouest France Télévisions, va être déposée à moins qu'elle ne l'ait déjà été au moment où nous écrivons cet article.
 
Alors que les élections professionnelles vont avoir lieu dans le pôle en question, Pierre Mouchel a adressé à quelques 25 élus sur place, un mail qui vise un élu du CE Siège de France Télé dont la phrase de fin totalement calomnieuse fait froid dans le dos.
 
Comme de coutume la team "Berretti-Charles" - du nom de l'ex DRH fraichement débarquée  -  n'a pas réagi à ce tissu de mensonges émanant du représentant de ce syndicat "cogestionnaire" qui n'en est pas à ses premières calomnies et dont elle avait pourtant alors connaissance....à moins qu'elle tente de le contester comme les fiches de "flicage" des salariés suspendues hier 2/09 mais dont elle niait l'existence la veille !!!!
 (Murielle Berretti-Charles/Frédéric Mautret/Benjamin Maurice)
 
De : Mouchel Pierre 
Envoyé : jeudi 2 juillet 2015 20:31

À : ......  
Objet : Affectation des ordinateurs portables du CE

Bonjour,

Comme chaque année, la rituelle question de l’affectation des ordinateurs portable a été posée en séance plénière du CE.

Voici donc la liste des portables et leur affectation. Le CE dispose de 5 ordinateurs portable pour : 

- le secrétaire, Pierre Mouchel 
- la présidente de la commission Emploi-Formation, Hélène Chauwin 
- le président de la commission sociale Aquitaine, Trésorier d’Aquitaine, Responsable de la restauration de Bordeaux, Mickaël Lavignac
- une élue du syndicat SUD, Anne-Laure Tuaillon (ex portable de Cyrille Defives).

Le 5ème portable a été restitué par le responsable des activités sociales et trésorier de Montpellier, Daniel Gaudechon et affecté à Hélène Chauwin car le PC portable qui lui était affecté était en train de lâcher.

Juste de quoi travailler en somme et rien à voir avec le comportement du trésorier du CE du Siège, embauché quelques mois avant les élections de 2011, parti à titre personnel dans les Antilles faire chauffer la carte bleue du CE et licencié pour inaptitude juste avant les élections de 2015.

Cordialement
 
Pierre MOUCHEL

Secrétaire du CE France Télévisions Pôle Sud Ouest"

Comment les élus d'un bureau ainsi salis le plus ignoblement et mensongèrement qui soit, auraient-ils pu, à juste titre, ne pas saisir la Justice ?! 

Ce devrait être chose faite au moment où nous publions.

mercredi 2 septembre 2015

Delphine Ernotte veut en plus de la redevance, faire payer les téléspectateurs pour leurs programmes.



Dans un court mais invraisemblable message qu'elle a diffusé, ce matin, sur le site de communication interne "Monespace", Delphine Ernotte indique qu'elle veut, en plus de la redevance, faire payer les téléspectateurs pour leurs programmes.

Le blog CGC Média qui dispose de l'intégralité de la vidéo vous propose de découvrir ces propos concernant ce qu'elle appelle son 4ème chantier:

"Il faut aller chercher des ressources propres, soit par de la coproduction internationale, soit par la valorisation de nouveaux droits audiovisuels sur toutes nos plateformes [de France Télé, ndlr] quitte d'ailleurs, à aller jusqu'à proposer des contenus payants à nos téléspectateurs. 


La voilà la solution, faire payer les programmes (les "contenus" donc) aux téléspectateurs....
Dire qu'au château, rue de Valois et à Bercy, chacun se cassait la tête pour savoir de combien augmenter la redevance télé afin de respecter la promesse de ne pas augmenter les impôts jusqu'en 2017 !.....

Elle a dû se tromper  d'entreprise en venant...celle qu'elle décrit s'appelle Canal + et les contenus sont effectivement payant! 

Le livre enquête de la SCAM sur les métiers sacrifiés du journalisme.



Une profession sacrifiée !

Le blog CGC Média lève le voile en exclusivité sur la couverture d'un document qui devrait faire date dans la profession de journaliste. La SCAM, la Société Civile des  Auteurs Multimédias où participe activement la CGC, présentera jeudi 3 septembre à Perpignan - dans le cadre du festival Visa pour l'image - un livre enquête: “Photojournaliste - une profession sacrifiée”.

64 pages - près d'un an de travail des membres de la commission de l'image fixe et celle des journalistes - cette enquête mise en forme par Béatrice de Mondenard offre un état des lieux du métier de photojournaliste - une profession en pleine déliquescence, surtout depuis le début de la révolution numérique.

Historique, témoignages, analyses, chiffres, photos, perspectives, ce document qui devait au départ s'intituler le "livre noir du Photojournalisme" est une sorte d'appel au secours - "mettre des mots sur ces maux" dixit Lise Blanchet, présidente de la commission des journalistes de la Scam :

- Au secours des photographes de presse que les diffuseurs enfoncent de plus en plus dans une précarité scandaleuse;
- Au secours de femmes et d'hommes qui sont de moins en moins protégés et soutenus pour travailler à travers le monde et rapporter ces clichés fantastiques qui ont participé à écrire l'histoire des Hommes;
- Au secours de professionnels de plus en plus marginalisés dans la profession même par la perte de ce sésame indispensable qu'est la carte de presse;
- Au secours de ces trop nombreux quasi anonymes du grand public qui risquent leur vie sur les "théâtres du Monde" comme Camille Lepage, 26 ans, morte assassinée en mai 2014 en République Centrafricaine alors qu'elle photographiait la guerre civile.

Au-delà des photojournalistes, c'est l'ensemble des métiers de l'information et de la diffusion qui sont concernés par cette enquête.
En effet, s'il est une chose à retenir de l'évolution du statut du photographe de presse, c'est que la précarisation dont ils sont victimes depuis plus de 20 ans touche peu à peu l'ensemble des métiers de l'information, à commencer par ceux de la télévision, comme si les photographes de presse étaient les précurseurs d'un "laboratoire social du libéralisme" comme l'explique Thierry Ledoux, le président de la commission des images fixes de la Scam.

Combattre la précarisation des photos reporters, c'est donc bien lutter pour sauvegarder le statut et la mission des journalistes que de trop nombreux politiques, patrons et opposants à la liberté d'expression souhaitent réduire à peau de chagrin.

La Cgc prend toute sa part dans ce combat. Elle appelle les pouvoirs publics et les partenaires sociaux à se retrouver autour de la table afin de poursuivre les négociations stoppées en 2007 et aboutir enfin à un véritable accord de branche qui établisse entre autre un barème minimum de pige pour les photo reporters non permanents et garantisse une protection sociale digne à tous ces journalistes.

Le statut d'auteur - quel qu'il soit - est en danger. Les journalistes sont des auteurs à part entière. Leur défense est indispensable !

* RDV le 3 septembre à 17 heures au théâtre municipal de Perpignan. Puis dans la foulée sur le site internet Scam.fr

Alors que le nom de la nouvelle ministre du travail vient de tomber, celui de la nouvelle ministre de la Culture est également désormais connu.

Alors que le nom du successeur de François Rebsamen vient de tomber Myriam EL KHOMRI ce mercredi, celui de la nouvelle ministre de la Culture est désormais connu.

Celle qu’Olivier Schrameck et trois de ses collègues portaient aux nues jusqu’au 23 avril dernier, prend donc son « ministère » très au sérieux. Delphine Ernotte, lors d’un déjeuner avec des journalistes, a déclaré vouloir   "étendre à d'autres supports la redevance télé". Elle est également "favorable à sa variation en fonction des revenus du foyer".


"Je suis favorable à une réforme de la redevance, en l'élargissant à d'autres supports (tablettes, ordinateurs, smartphones, box...) ou encore en la fiscalisant, en la faisant varier en fonction des revenus", a-t-elle expliqué ce lundi, précisant que la taxe rapporterait 2,4 milliards d'euros pour le groupe France Télé en 2015, sur un budget de 2,8 milliards.

La nouvelle édile a également indiqué "Je suis aussi pour une réforme à l'allemande" qui consiste à pré-cocher sur sa déclaration d'impôt la case qui mentionne qu'on a accès aux programmes télévisés.

Elle aurait les garanties de l’État qui malgré les promesses faites de ne pas augmenter les impôts jusqu’en 21017 pourrait mettre en œuvre les propositions de celle qui « n’a besoin de personne » pour entrer dans les chaussures de Fleur Pellerin.

Chapellon contre Ernotte pour licenciement abusif !

Le 14 avril dernier, le blog CGC Média publiait un article intitulé "Pfilmlin couvre Chapellon....il ne doit plus savoir où il habite à force de le couvrir autant ! "

Il y était question des résultats catastrophiques (donnés entre autres par BFM Business - ci-après)  de FTD filiale "commerciale" de France Télé mais aussi d'un « Rapport incendiaire de la Cour des comptes».
 
Les chiffres clés Chiffre d'affaires (en millions d'euros)
2009 : réalisé : 62,3
2010 : budget : 56 / réalisé : 47,4
2011 : budget : 52,8 / réalisé : 45,3
2012 : plan stratégique 2011 : 59 / budget : 53,2 / réalisé : 36,2
2013 : plan stratégique 2011 : 62 / budget : 45,5 / réalisé : 40
2014 : plan stratégique 2011 : 65 / budget : 42,4
2015 : plan stratégique 2011 : 69 / plan d'affaires Greenwich : 44,8

Résultat d'exploitation (en millions d'euros)
2009 : réalisé : +3,6
2010 : budget : +1,9 / réalisé : -0,35
2011 : budget : +0,6 / réalisé : -1,3
2012 : budget : +0,7 / réalisé : +0,5
2013 : plan stratégique 2011 : +2,5 / budget : +0,4 / réalisé : +0,1
2014 : plan stratégique 2011 : +3,5 / budget : +0,2
2015 : plan stratégique 2011 : +4,5 / COM 2011 : +3,7 / avenant au COM de 2013 : +1

 Résultat net (en millions d'euros)
2009 : réalisé : +2,1
2010 : réalisé : -0,1
2011 : budget : +0,3 / réalisé : -1,1
2012 : budget : +0,4 / réalisé : +0,3
2013 : budget : +0,2 / réalisé : +0,01
2014 : budget : +0,1 / réalisé : +1
 
Sources: Comptes de FTD, COM, BFM Business
 
Il semble à présent que le poulain de Pflimlin - une vingtaine de licenciements plus tard, ceux qu'il a réalisés depuis sa nomination par le conseiller d'État  temporaire - contesterait le sien.
 
C'est pour licenciement abusif que Yann Chapellon le monsieur Pflimlin de la diversification des recettes à France Télé que ce dernier avait ainsi nommé dans son communiqué à FTVEN "Par ailleurs, Yann Chapellon poursuit ses fonctions de président-directeur général de francetv distribution et de directeur de la diversification et du développement des recettes de France Télévisions." - mandataire social donc - qui roulait il y a peu pour Nice Matin où il se voyait déjà, aurait décidé d'attaquer Ernotte qui l'a viré !


Il faut tout de même ne pas manquer d'air !!!!!

 

 

 

mardi 1 septembre 2015

Qui veut la peau de Marie-Christine Saragosse?

Dans un communiqué commun qui risque bien de remettre le feu aux poudres à Radio France et d'en allumer un autre à France Télé, les deux "Pingaud's final contestants" indiquent que la télé et la radio "se sont accordés mardi pour travailler ensemble sur le projet d'une chaîne d'information en continu, commune à France Télévisions et à Radio France".
 
Le communiqué poursuit "le projet sera confié à Germain Dagognet, directeur délégué à l'information de France Télévisions (transfuge de TF) et Laurent Guimier, directeur de France Info".
 
Le communiqué commun se termine ainsi "Delphine Ernotte Cunci et Mathieu Gallet sont ouverts et désireux d'associer les autres acteurs de l'audiovisuel public au projet de chaîne d'information en continu". 

Véritable pied de nez et ultime provocation à Marie-Christine Saragosse la patronne de France Média Monde évincée de la course à la présidence de France Télévisions qui déclarait hier dans une interview au « Figaro »: « Une chaîne d’info télé de service public, il y en a une, c’est France 24 »sur l'air de ou bien tu déranges, ou bien tu te ranges !!!!


Qui veut la peau de Marie-Christine Saragosse ? Le château, l'exécutif, les tutelles....? Qui ?

Dire que selon Schrameck et trois autres de ses codécideurs, ce seraient les 23 lignes qui suivent (ci-après) qui auraient fait la différence !!!!!! Chacun aura noté, en plus de la platitude du propos, la vacuité du projet avec des formules qui ne veulent rien dire comme "passer d'une logique d'information continue à un objectif d'information permanente avec  cette chaîne qui ne sera pas similaire à l'offre existante et visera autant l'information que sa mise en perspective visant à sortir de la dictature de l'urgence, en maîtrisant mieux le rythme et en redonnant du sens au temps." !!!!!!!

"L'information et sa qualité sont devenues des enjeux majeurs pour notre société. Dans un monde connecté à tous les niveaux, où une information chasse l'autre, avec le relais des réseaux sociaux et d'Internet, il est de la responsabilité éthique et morale de l'audiovisuel public de sortir de cette logique du buzz permanent pour garantir à l'audience une information de qualité.
L'enjeu est de passer d'une logique d'information continue à un objectif d'information permanente. Celle-ci visera à sortir de la dictature de l'urgence, en maîtrisant mieux le rythme et en redonnant du sens au temps. A partir d'une exigence de haute qualité de l'information, il est possible de donner toute sa place à une chaîne de la compréhension.
Cette chaîne ne sera pas similaire à l'offre existante, car elle visera autant l'information que sa mise en perspective.
Le projet d'information par le numérique est l’opportunité de faire émerger une chaîne de compréhension pour dépasser l’émotion. France Télévision a d’ores et déjà lancé un projet s’appuyant sur l’existant Francetvinfo dans le cadre du projet « Info 2015 » que je tiens à poursuivre. L’information fait partie des missions premières de France Télévisions qu’elle assure avec ses moyens propres, ses journalistes. C'est à partir de ses ressources que France Télévisions doit innover.
L'entreprise dispose de partenaires incontournables pour y parvenir.
En s'alliant avec France Média Monde et Radio France, il est possible d'élaborer un projet unique de niveau international. En s'articulant avec l'INA, elle est en mesure de disposer de ressources historiques pour mettre en perspective l'actualité. La question de sa diffusion à l'antenne se posera en étudiant plusieurs possibilités: réorientation d'un canal existant, priorité donnée à l'information dans la programmation d'une chaîne actuelle ou maintien d'un tout-numérique.
Après le temps de la réflexion et de l’analyse, le projet sera intégralement présenté au CSA avant la fin de l’année 2015 avec l’objectif, s’il venait à être validé, d’une mise à l’antenne en septembre 2016."

« Il y aura une prochaine charrette à France Télé » dixit la CGT en interne !


«  Il y aura une prochaine charrette à France Télé » dixit la CGT en interne !

Dans une interview du 28 août dernier que publie « Médiapart » concernant l’illégal fichage des salariés mis en place à France Télévisions, le journaliste cite entre guillemets la CGT: « les salariés notés comme insuffisants ont du souci à se faire en vue de la prochaine charrette».


« Charrette». Le mot est lancé et il est lancé par le syndicat – le SNRT-CGT – dont le secrétaire général à France Télé Marc Chauvelot avait été contraint après les révélations du 26 mai dernier d’« Atlantico » et du même « Médiapart » de confirmer qu’il avait secrètement rencontré la future présidente de France Télé (pendant une petite heure !) comme une soi-disant « dizaine d’autres candidats » (dixit)

Il a donc eu le temps lors de cette rencontre secrète éventée de faire le tour de tous les sujets comme le PDV et ses 340 postes potentiellement supprimés pour lequel dans il donnait d’ailleurs une interview totalement raccord avec la direction au Figaro: « Au total, 220 salariés se sont déjà manifestés [fin juin 2014 donc, ndlr] Nous ne sommes pas inquiets, nous aurons vraisemblablement plus de candidats que de postes ouverts» ou encore de «de la prochaine charrette» !

Les propos du cégétiste parachuté sur Paris au "dialogue social" depuis son pôle Nord-Est (Reims)  tenus toujours entre guillemets sur « Médiapart » sont hallucinants : « Vu que tout se fait dans le secret, le manager a donc carte blanche et bénéficie d’une sorte d’impunité s’agissant les critères retenus [de fichage donc, ndlr]… »

Il faut quand même oser vilipender la direction à laquelle il appartient, plus particulièrement « le dialogue social » sous la coupe, entre autres, de Murielle Berretti-Charles et de son fidèle bras droit Frédéric Mautret (*) en s'offusquant de son manque de transparence « Vu que tout se fait dans le secret…. »

Ça lui va bien à ce « donneur de leçons » de dénoncer le fait que «tout se fasse dans le secret » alors que sans les titres de Presse précités sa rencontre secrète avec Delphine Ernotte le serait restée « secrète ».


(*) Frédéric Mautret qui faisant office de président de séance au CE Siège, ce 1ere septembre, qui déclarait que ce système de fiches était pour l’instant «suspendu » !

Quelle mascarade.

L’article de « Médiapart » nous en apprend encore plus sur les méthodes utilisées à France Télé malgré les dénégations de l’ex dga/drh de France Télé Patrice Papet rétrogradé conseiller « très temporaire » de Delphine Ernotte (au même salaire) qui dans une interview au Figaro  s’acharnait, mardi dernier, à nier «toute remarque personnelle » dans ces fiches, estimant de surcroît que « ces dérive ne pouvaient venir que de managers locaux. » Ben voyons !

« Les managers locaux seraient donc responsables de ces dérives » selon Papet…. Allons donc !!!!

Chacun comprendra en lisant la suite de l’article que beaucoup de monde était au courant. La grande ordonnatrice serait  Murielle Berretti-Charles visée dans l’instruction judiciaire que mène  le juge Renaud Van Ruymbeke que Papet a lui-même recruté (au « dialogue social » dans un premier temps avant sa nomination récente par Pflimlin comme DRH) qui a elle-même recruté comme exécutants Benjamin Maurice pour la remplacer  au « dialogue » après  Frédéric Mautret (ex secrétaire du CE CFTC Wolters Kluwer) son bras droit qui s’y était collé auparavant mais aussi et surtout son bras armé, celle que cite « Médiapart » (avec un « s » au lieu d’un « r ») : Olivia Venner.

Extrait :

«  Or, bien qu’elle ait tenté jusqu’à présent de minimiser sa responsabilité, c’est bien la direction qui a mis en place le système, qui a envoyé des consignes et des explications, et qui a même dépêché un peu partout en France dans les antennes locales Olivia Venner, responsable du développement managérial pour former tous les managers à ces fiches d’évaluation. ».


Comment tous ces gens qui ont fait tant de mal à l’entreprise et pourri pendant ces cinq dernières années la vie des salariés dans un climat constant de « burn-out », en humiliant certains et en poussant les autres à bout, peuvent-ils encore imaginer rester en expliquant le plus cyniquement qui soit qu’ils ne seraient pas responsable de ce « système » (¤) ?!



(¤) « système » dont la direction niait au départ la portée comme l’existence mais qu’elle déclare aujourd’hui « suspendre » !!!!!

L’ex exécutive d’Orange parachutée à France Télé a-t-elle menti aux journalistes lors d'un premier rendez-vous?

Le blog CGC Média publiait hier dernier jour d'aout, un article intitulé "Si Delphine Ernotte gagnait 800.000 euros chez Orange, combien gagne Stéphane Richard?" faisant suite à ce qu'affirmait l'ex exécutive d'Orange aux journalistes présents lors de son  déjeuner avec l'AJM.

Voici ce qu'elle a notamment déclaré aux journalistes sur place et que plusieurs d'entre eux ont twitté et retwitté: "J'ai divisé mon salaire par deux en venant à France Télévisions". #ajm 

 



Le salaire de Pflimlin futur conseiller d’État "en service extraordinaire" donc le sien maintenant étant connu - il avait été révélé par BFM Business: 400.000€ à l'année dont fixe 322.000€  - puisque Delphine Ernotte a divisé son salaire d'Orange par deux pour venir à France Télévisions remplacer Pflimlin, son salaire sur place était donc le double de ces 400.000 euros c'est-à-dire 800.000 euros soit près de 2 SMIC nets par jour ! C'est mathématique...

Cela pose tout de même un "léger" problème. 

Comment le salaire du numéro 2 d'Orange, son directeur général délégué Gervais Pellissier (organigramme ci-après) peut être de 600.000 euros et celui de la n-3 ou n-4 de 200.000€ plus élevé?



Et si son salaire était en réalité quasiment identique voire même un peu plus élevé ?!

Le blog CGC m2DIA vous propose de découvrir  les infos publiés le 23 février 2015 sur le site "Boursier.com" qui donne le salaire des deux hommes:

- une rémunération fixe inchangée de 900.000 euros au titre de l'année 2014 pour Stéphane Richard

- une rémunération fixe pour son directeur général délégué Gervais Pellissier (voir organigramme ci-dessous) de 600.000 euros.

Voici l'article publié le 23/02/2015 à 13h19 (Boursier.com) 
" Stéphane Richard, le président d'Orange, a touché une rémunération fixe inchangée de 900.000 euros au titre de l'année 2014, a annoncé l'opérateur. En ajoutant la part variable, sa rémunération atteint 1,318 million d'euros bruts. Le dirigeant ne fait pas supporter à la société le coût de la taxe exceptionnelle sur les hautes rémunérations. Son directeur général délégué Gervais Pellissier a pour sa part reçu 600.000 euros de rémunération variable et 1,06 ME de rémunération totale brute.
La rémunération fixe maintenue
Le plan de rémunération long terme dévoilé en décembre dernier va passer, pour 2015, la part variable annuelle de 66,66% à 60% du salaire annuel fixe brut, dont le montant est inchangé. La part variable est évidemment conditionnée au respect de certains objectifs. Le conseil d'administration a reconduit pour 2015 les indicateurs de la part variable retenus pour l'année 2014, en adaptant leur poids. Ainsi le taux de croissance du chiffre d'affaires pro forma entre en ligne de compte pour 20%, l'EBITDA retraité pour 30%, la qualité de service pour 17% et la performance sociale pour 33%.
En 2013, la rémunération moyenne des dirigeants du SBF120 ressortait à 1,65 ME (fixe + variable). Stéphane Richard se situe donc plutôt dans la fourchette basse, même si sa rémunération a augmenté en 2014 grâce à la part variable."

Alain Weil (BFMTV) tire à boulets rouge sur l’ex-Orange parachutée à France Télé…Il n’est pas le seul.

Alain Weil (BFMTV) tire à boulets rouge sur l’ex-Orange parachutée à France Télé…Il n’est pas le seul. 
 
« Il n’y aura pas de chaîne tout info à France Télévisions »....
 
Tout d’abord parce que l’entreprise est en faillite malgré les ridicules dénégations des uns et des autres...personne ne parle d'ailleurs plus d'audit à France Télé comme c'était pourtant prévu!
Ensuite parce que personne à commencer par l'État actionnaire ne validera une telle « croisade »....c’est pourtant à en croire « Schrameck and co » sur ce « projet stratégique » qui devait « changer tout » que quatre des huit membres du Conseil supérieur de l'audiovisuel jusqu’au 23 avril dans l’après-midi, se seraient prononcés en faveur de celle qui ne connait rien à la télé!

Surréaliste.

Elle ne devrait pas s'étonner des propos du patron de BFMTV après les deux ou trois salves d'attaques lancées à son encontre.

Invité du "Buzz Médias Orange-Le FIgaro", Alain Weill PDG de Next Radio (BFMTV) a, en effet, déclaré à propos de cette chaîne tout info annoncée par celle qui lui envoyait 2 ou 3 piques par média interposés et pour laquelle elle vient de  nommé en numéro 2 de l’Info comme le révélait le 12 août dernier le blog CGC Média Germain Dagognet l’ex rédacteur en chef du journal télévisé de Claire Chazal  également collaborateur de Lionel Jospin et de son ex dircab Olivier Schrameck : "Je vois qu'elle prend rapidement les réflexes du service public : on claque des doigts et on créé une nouvelle entreprise, alors que l'on est dans une société qui perd de l'argent".
 
Alain Weil d’ajouter: "Il faut être raisonnable, humble, et voir les conséquences sur l'ensemble du secteur. Je suis pour la concurrence. Il n'y a aucun souci, mais j'aimerais bien lancer une nouvelle chaîne de documentaires, d'Histoire, de musique classique. Il y a plein de thématiques à faire". 
"Si on fait tous de l'information, on fera de l'information de moins bonne qualité. Tous les nouveaux entrants veulent faire une chaîne plus intelligente que celles qui existent. Je les invite à être plus humble et à prendre leur temps avant de lancer leur projet".

La voila habillée pour l’hiver – qu’elle ne passera peut-être pas si « tranquillement » que ça ! – celle qui déclarait hier au déjeuner des journalistes "Je n'ai besoin de l'autorisation de personne pour lancer cette chaîne info". 

Elle se serait même vu conseiller de réaffecter « un canal existant » celui de France 4 qu’elle serait prête à condamner ("les Nouvelles écritures, ça ne fonctionne pas" lançait-elle à ce fameux déjeuner) afin de ne pas avoir à demander au CSA l'attribution d'une nouvelle fréquence !!!! Ben voyons. 
 
Gros hic tout de même…le cahier des charges ne serait  plus le même dans ce cas donc son non respect poserait évidemment problème.

Alain Weill qui juge «simpliste» la vision de celle qui voulait déjà reprendre « Les Guignols de l’info », ne s'arrête pas là «Vouloir faire de l'information intelligente a déjà été utilisé par « i-Télé » à une époque, mais lorsqu'il y a un événement comme celui du Thalys, tout le monde revient à l'actualité chaude. Le service public a déjà une chaîne d'information en continu, France 24 dotée d'un budget de 110 millions d'euros pour ces trois chaînes, le double de BFM TV, elle est en effet déjà disponible en TNT dans toute l'Ile-de-France et accessible sur l'ADSL partout dans l'hexagone, qu'il suffirait de rattacher à France Télévisions». 

Ce dernier qui fait référence à France 24, n’est donc pas le seul à s’exprimer. Marie-Christine Saragosse candidate évincée de la course à la présidence de France Télé par le dispositif mis en place par Olivier Schrameck, toujours  à la tête de l’audiovisuel extérieur (France Médias Monde) enfoncer le clou dans une interview au « Figaro »: « Une chaîne d’info télé de service public, il y en a une, c’est France 24 ».

TF1 pour sa part lui emboîte le pas.
« Je ne connais pas le projet de France Télévisions en détail, mais ce que j’en entends me rappelle quelque chose, il me semble que c’est ce que fait LCI depuis 20 ans », a ainsi lancé Catherine Nayl, directrice général adjointe de l’information de TF1 à l’occasion d’une présentation du nouveau « JT » de la Une.

Catherine Nayl de rappeler que le CSA doit statuer avant décembre sur le passage de LCI à la TNT gratuite après l’invalidation de sa décision par le Conseil d’État et après les déclarations du président du gendarme de l’audiovisuel expliquant que « par le passé, que l’espace est saturé... ».  

En filigrane, comment le Conseil s’il devait  refuser le passage en clair à LCI qui sans cela arrêterait d’émettre en janvier 2016 en mettant environ 150 collaborateurs sur le carreau,  pourrait-il accorder une « nouvelle fréquence » à une chaîne de France Télé ? 

La banane, ça va être de plus en plus dure à la garder !!!!!